Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Agence du Plateau, Agence immobilière STE MARIE AUX CHENES 57255

L'actualité de CENTURY 21 Agence du Plateau

Vous renégociez votre prêt ? N'oubliez-pas votre assurance-crédit !

Publiée le 09/06/2015

En dépit de quelques remontées de barèmes, les taux demeurent relativement stables, à des niveaux encore très bas. Une conjoncture idéale pour les renégociations de prêt. Mais aussi d'assurance !

(LaVieImmo.com) - Si quelques établissements de crédit ont commencé à relever leurs taux, le mois précédent a marqué une baisse « d’ampleur comparable sur tous les marchés ». En moyenne, ils atteignent 2,06 % pour l'accession dans le neuf et 1,99 % dans l'ancien, selon le Crédit Logement. L'environnement du crédit reste donc favorable aux emprunteurs, même si « on assiste à une stabilisation du marché, qui précède sans doute une lente remontée des taux », nous expliquait au début du mois Cécile Roquelaure, porte-parole du courtier Empruntis.

La période reste donc propice à la renégociation. Tant pour bénéficier de taux plus favorables que d'une meilleure assurance-emprunteur. Pour cette dernière, l'opération est loin d'être inintéressante : négocier l’assurance, qui dans de nombreux cas n'avait pas été choisie par l'emprunteur (avant la loi Hamon du moins), « peut représenter jusqu’à 15 % d’économie sur le coût total du crédit », selon Credixia. Pourquoi s'en priver ? Ce texte « autorise à ceux qui ont souscrit un prêt immobilier de bénéficier d’un délai d’un an pour renégocier le coût de leur assurance-crédit. Ils peuvent faire appel à une compagnie d’assurance indépendante si les conditions proposées sont plus intéressantes que l’assurance groupe de la banque », rappelle le courtier en crédit.

D'autant que depuis le 1er mai dernier, les banques qui refusent les délégations d’assurances doivent motiver leurs refus en fonction d'un certain nombre de critères, au nombre de 18. « L’équivalence de garantie est donc désormais encadrée pour permettre aux emprunteurs de choisir librement leur assureur tout en répondant aux exigences de garanties fixées par les banques », conclut Credixia.

 

 

Notre actualité